OnBoarding chez Expertime

L’onboarding est un vrai sujet en entreprise. L’objectif : « faire sentir au nouveau collaborateur qu’il est attendu avec impatience et lui donner toute l’information utile pour se sentir bien et s’intégrer rapidement », souligne Jérémy Clédat, CEO et co-fondateur de Welcome to the jungle.

Chez Expertime, il nous tient à cœur d’organiser méticuleusement l’accueil de nos nouveaux collaborateurs, quel que soit leur statut (CDI ou stagiaire).

Avant le Jour J :

Il est nécessaire de bien s’organiser pour accueillir au mieux un nouveau collaborateur. Pour cela, il est important de bien préparer le lieu de travail de ce dernier.

Il faut notamment préparer son bureau, s’assurer que son matériel professionnel soit optimal dès son arrivée.

Plusieurs autres éléments sont à prévoir : badge d’accès aux locaux, il faut aussi préparer son badge pour le parking, ses documents Mutuelle, sa carte tickets restaurant, le guide du collaborateur, son kit goodies de bienvenue.

Des outils collaboratifs pour faciliter l’accès à l’information :

Le nouveau collaborateur pourra dès le 1er jour se connecter grâce à son adresse mail pour utiliser Skype Entreprise, notre réseau social d’entreprise Yammer, Microsoft Teams, Lilou (agent conversationnel pour répondre à ses principales questions RH) et aussi consulter notre Digital WorkPlace Powell365.

Il faut aussi planifier les formations internes et externes utiles au nouveau collaborateur selon sa fonction.

Il est également prévu des rendez-vous avec les acteurs susceptibles de collaborer avec la nouvelle recrue pour que son intégration soit facilitée dès le début.

Avant que le nouveau collaborateur arrive, son futur manager programme les premières missions qui lui seront confiées.

Jour J :

Lors de l’arrivée du nouveau collaborateur, un membre du service RH le prend en charge. Celui-ci l’accueille autour d’un café dans notre espace coworking. Lors de cet entretien, le membre du service RH informe le salarié sur les informations clés précisées dans le guide du collaborateur puis lui présente les locaux d’Expertime et les équipes. Le Manager prend ensuite le relais en l’intégrant à l’équipe et en lui présentant son espace de travail.

Lors de cet entretien d’accueil, un kit de bienvenue est offert au nouveau collaborateur (mug, clé usb, blouson , …) et il reçoit sa carte tickets restaurant, le bulletin Mutuelle/Prévoyance, les badges.

Une présentation des outils Expertime (Intranet Powell, RSE Yammer, Teams, notre chatbot interne RH Lilou, plateforme elearning, …) permet au nouvel arrivant de s’intégrer au mieux, et de s’imprégner rapidement de la culture d’entreprise et des valeurs VRAIE d’Expertime (Vérité, Responsabilité, Ambition, Innovation, Esprit d’équipe). Il faut lui expliquer la procédure de demande de fournitures et le mode de réservation des salles de réunion. Digital jusqu’au bout, l’équipe RH l’informe que sa fiche de paie lui sera envoyée chaque mois par mail (dématérialisation de la paie).

Un parrain pour le guider :

Comme dans les écoles, un parrain lui est attribué (consultant confirmé ou sénior volontaire) pour faciliter l’intégration technique et sociale en répondant à toutes ses interrogations pendant toute sa période d’essai.

Il est important pour lui de se sentir intégré dès les premiers jours ; c’est pourquoi, lorsqu’il s’inscrit sur notre réseau social d’entreprise Yammer, plusieurs messages de bienvenue (manager, collègues, rh, direction) lui sont adressés. Son arrivée est également communiquée sur notre intranet Powell365 dans la rubrique « nouveaux talents » et dans la Newsletter mensuelle interne.

Enfin, le jour J, un déjeuner est prévu avec le nouveau collaborateur pour qu’il fasse plus amples connaissances avec son équipe.

Pendant la période d’essai :

Un bon suivi pendant la période d’essai est essentiel pour apprécier les compétences et attitudes professionnelles du nouveau salarié.

Durant la période d’essai, 2 à 3 entretiens de suivi sont organisés avec les RH pour suivre le nouveau collaborateur et l’orienter dans sa prise de fonction.

Le premier entretien permet de faire un point sur l’intégration. Il s’agit d’un entretien technique et comportemental organisé par les RH avec le manager et le collaborateur. Une check-list des connaissances acquises, en cours d’acquisition et à acquérir est nécessaire.

Le second entretien est organisé par le Manager pour faire le point sur l’ensemble des compétences essentielles à la fonction et fixer les premiers objectifs.

Le dernier entretien est organisé par les RH et informe le nouveau collaborateur sur l’avancée de son intégration. Durant cet entretien, la période d’essai est confirmée ou à de rares occasions renouvelée.

A la fin de période d’essai, le nouveau collaborateur est invité à remplir un rapport d’étonnement, document précieux pour les RH en quête d’amélioration permanente.

Pendant l’intégration, il est possible de déterminer les éventuelles formations à prévoir en interne et/ou externe.

Une Matinale spéciale Nouveaux Collaborateurs : 

Le nouveau salarié sera également invité à la Matinale des nouveaux collaborateurs organisée par les RH au siège social. A cette occasion, l’intervention des dirigeants permet au nouveau collaborateur de mieux connaître Expertime et sa stratégie, sa politique RH, ses actions sociétales, ses différents métiers, … Des animations ludiques sont également prévues pour créer une bonne cohésion d’équipe. Cette Matinale se clôture par un pot d’accueil avec tous les salariés présents sur le site.

Team building et autres animations entreprise:

Il est fréquent qu’un nouveau collaborateur participe dès le premier trimestre de son arrivée à des events internes tels que des Team buildingAfterWork ou bien encore  Makeathon . Cette occasion lui permet de mieux connaître ses collègues lors d’un moment convivial. Si son arrivée est prévue au 3ème trimestre, il pourra rencontrer l’ensemble des salariés du Groupe Expertime lors de la Convention annuelle de la société.

Lorsque le salarié est confirmé, un suivi régulier est assuré par le manager et le service RH tout au long de son parcours professionnel chez Expertime. Pour booster ses compétences et suivre l’évolution des technologies et les nouvelles tendances liées à son métier , le collaborateur pourra bénéficier régulièrement de formations (en présentiel, en elearning et en mode mentoring).

Focus métier : Ingénieur Blockchain

Définition et origines de la Blockchain

La Blockchain, ou chaîne de blocs, est un registre numérique public, un livre de comptes, consultable par toutes les parties prenantes, contenant toutes les transactions réalisées par ses usagers depuis sa création. Toutes les transactions réalisées par ses membres sont contenues dans des blocs numériques horodatés, infalsifiables, reliés les uns aux autres, chacun représentant un maillon de la chaîne d’information.

Les origines de la technologie blockchain restent floues. La blockchain a été créée en 2009, par une personne ou un groupe de personnes s’étant fait connaître sous le nom Satoshi Nakamoto, mais dont la véritable identité reste inconnue. Elle a été conçue pour permettre la circulation de la monnaie virtuelle bitcoin et connaît depuis un grand nombre d’autres applications.

 

Les missions principales de l’Ingénieur Blockchain

L’Ingénieur Blockchain se charge de concevoir de nouvelles fonctionnalités produit, avec parfois des ateliers pour discuter d’une fonctionnalité, la justifier avec des documents tels que des organigrammes par exemple. L’Ingénieur Blockchain est aussi en charge de tester des fonctionnalités en créant des tests unitaires, d’acceptation, d’intégration et de performance pouvant s’exécuter sur la plateforme CI/CD qui est une méthode d’intégration continue. Il lance également de nouvelles fonctionnalités sur UAT (User Acceptance Testing) ce qui équivaut au terme français « Recette » et qui est la dernière phase d’acceptation avant la mise en production. Il gère aussi les phases de pré-production et de production.

 

Profil et compétences

L’Ingénieur Blockchain doit disposer de connaissances approfondies des cryptomonnaies. Il a une bonne connaissance d’un ou plusieurs des langages de programmation suivants : C++, JAVA, Python, HTML, CSS, C#, PHP, JavaScript, AngularJS. Il a aussi une bonne compréhension des bases de données MySQL et NoSQL. Il maîtrise l’anglais, à l’écrit et à l’oral.

 

Formation professionnelle

L’Ingénieur Blockchain possède en général un diplôme Bac+5 école d’ingénieur ou universitaire en informatique. Il existe de nombreux didacticiels en ligne permettant de se familiariser avec les technologies blockchain. La formation continue via un organisme de formation est également un excellent moyen pour se former sur cette nouvelle technologie.

 

Salaire

L’ingénieur Blockchain est un métier récent donc encore rare sur le marché de l’emploi. Les estimations de salaires vont de 42 K€ pour un profil junior à plus de 100 K€ pour un profil très expérimenté !

1ère édition Makeathon Expertime

Le 6 et 7 avril dernier a eu lieu notre 1er Makeathon, initié et organisé conjointement par Expertime IDF et Expertime BI.
Les objectifs sur ces quelques heures de partage étaient : être créatif, inventif, partager et confronter les idées, identifier le(s) concept(s) le(s) plus prometteur(s).
Le contexte : travailler en équipe, sans contraintes particulières, en se faisant plaisir afin de stimuler la créativité et l’ambition qui vont nourrir l’innovation.
Le sujet proposé aux équipes : Comment améliorer la productivité du collaborateur dans son organisation ?

L’Agenda du vendredi 14h au samedi 14h :
  • Vendredi après-midi : accueil, présentation de la thématique, organisation des premières phases de travail.
  • Samedi : finalisation des travaux engagés la veille, formalisation des concepts, présentation des conclusions et livrables des différents travaux.
Le lieu :

Paris 13eme dans les locaux d’une ancienne agence de communication, à la décoration moderne et inspirante.
Basé sur le volontariat de 15 collaborateurs, ce  1er Makeathon s’avère être une belle réussite. Les 3 équipes constituées ont joué pleinement leur rôle en proposant 3 analyses très pertinentes du sujet.

  • Une maquette technique d’assistance intelligente à la qualification de la « bonne santé » d’un projet
  • Une proposition d’évolution organisationnelle et méthodologique entre build et run d’un projet, et les opportunités d’offres qui en découlent
  • Une réflexion transverse sur le partage et l’accès à la connaissance, mettant en évidence les besoins à la fois applicatifs/fonctionnels et IA/Big Data pertinents à implémenter

Au final, cette première expérience, appréciée par l’ensemble des participants pour sa convivialité, son format générateur de créativité et ses échanges inter-équipes, nous encourage à envisager d’autres sessions.
Ce nouveau concept sera ouvert à tous, par rotation, basé sur le volontariat et la motivation des collaborateurs.

Focus métier : Ingénieur Big Data

Les origines du BIG DATA

Le terme « Big Data » est apparu pour la première fois en 1997 dans un article publié par deux chercheurs de la Nasa : Michael Cox, et David Ellsworth. A cette époque, les deux chercheurs mettent déjà en lumière l’augmentation du volume de données produit par la population et la difficulté des systèmes à pouvoir traiter ce volume grandissant. Les spécialistes annoncent aujourd’hui une augmentation de 4 300 % de la génération annuelle des données d’ici à 2020. (Source : CSC)

Cette croissance exponentielle des données, presque incroyable, a donné naissance à de nombreuses questions et spéculations. Sans toujours savoir précisément de quoi il s’agit, on prête en effet de nombreuses vertus à l’exploitation des Big Data pour les entreprises : la croissance de l’activité et la domination du marché entre autres. Mais attention ! Encore faut-il savoir bien exploiter cette explosion de données, c’est là le véritable enjeu de la tendance.

Les missions principales de l’ingénieur BIG DATA

L’ingénieur BIG DATA se charge de valoriser les données d’une entreprise dans le sens mathématique et informatique du terme. Pour ce faire, il jongle avec des millions voire des milliards de données à l’aide de logiciels pointus.

Il classe les infos recueillies en fonction des demandes de leur client, supérieur hiérarchique ou service annexe s’ils sont salariés d’une entreprise ou organisme extérieur s’ils travaillent en tant que consultant. Il transforme les données en informations exploitables.

Le rôle de l’ingénieur BIG DATA est de concevoir l’architecture, la mise en place et la configuration des clusters, l’implémentation des algorithmes, les tests techniques, le contrôle qualité et cohérence du résultat, l’élaboration des spécifications techniques et de temps en temps, la veille technologique pour rester au fait des dernières innovations de son secteur.

L’objectif de ses opérations se définit notamment dans le classement des informations suivant la demande des clients.

Profil

L’ingénieur Big Data est d’abord un spécialiste d’Internet et des systèmes de données numériques. Ce professionnel maîtrise en outre l’anglais technique, sa langue de travail, à la perfection.
Rigoureux, méthodique et organisé, il possède aussi de solides compétences en gestion, qui lui permettent de chiffrer les projets auxquels il contribue et de tester leur viabilité économique.
Des compétences en communication écrite et orale sont précieuses, afin de présenter ses rapports. Il doit savoir travailler en équipe.

Compétences

Une compétence accrue dans le domaine des technologies de développement comme Java ou Scala (Python) est également appréciée. En termes d’infrastructure de développement, il doit connaître les cadriciels tels que Hadoop, Hive, Spark, Storm ou encore Pig. Côté base de données, ses outils préférés doivent être MongoDB ou encore Cassandra.

Formation professionnelle

Une formation École Ingénierie Informatique avec une spécialité Master Big Data (Bac+5) est recommandée.

Un Doctorat (Bac+8), spécialité Statistiques avec des connaissances en programmation orientée objet et en bases de données NoSQL peut également attirer les recruteurs.

Salaire

Un Ingénieur Big Data Junior gagne en moyenne 42 000 € par an.

Son évolution en entreprise avec l’expérience : architecte Big Data, chef de projet Big Data.